Pages Navigation Menu

100 séries télé à regarder absolument, voir avec plaisir... ou à éviter

NICOLAS LE FLOCH : Serviteur, Monsieur !

NICOLAS LE FLOCH : Serviteur, Monsieur !
Nicolas Le Floch.
Série. Aventure, cape et épée. France.
10 épisodes de 90 mn environ (5 saisons, toujours en production).
Première diffusion à partir du 28 octobre 2008 sur France 2.
D’après les romans de Jean-François Parot
Adaptation d’Hugues Pagan
Avec Jérôme Robart, Mathias Mlekuz, Vincent Winterhalter, François Caron
 
 
 

Classification : 4 étoiles

Regardé par le rédacteur : Intégralité des saisons 1 à 3, un épisode de la saison 4, un de la saison 5.

 

Nicolas Le Floch, commissaire dans la police de sa Majesté le roi Louis XV, un est esprit éclairé qui mène ses enquêtes avec méthode, un soupçon d’espièglerie et un sourire malicieux qui plaît beaucoup aux dames.

 

Pourquoi regarder absolument
Nicolas Le Floch ?

 

Un humaniste

Il est de ces héros positifs et séduisants qui réussissent le tour de force de ne pas être aussi insupportable que bon nombre de ces compères limiers de la télé. Né sous la plume de Jean-François Parot, Nicolas Le Floch est commissaire de police sous les ordres de Monsieur de Sartine, lieutenant général de police du roi.

Abandonné à sa naissance, il a été recueilli par le chanoine Le Floch. Enfant, il avait pour compagnons de jeux parfois violents les petits paysans du coin avec qui il a appris à se défendre. Son parrain, le marquis de Ranreuil, lui a donné l’éducation d’un gentilhomme humaniste qui sait monter à cheval, chasser et se battre à l’épée. Il connaît l’anglais et les échecs, il a lu les romans de chevalerie et les philosophes des Lumières. Avant de mourir, le marquis révèle à Nicolas qu’il est son fils et il le reconnaît comme tel, lui ouvrant ainsi les portes de l’aristocratie et de Versailles. Nicolas goûte assez peu qu’on lui rappelle qu’il est marquis car il place le mérite au-dessus de la naissance et se sent avant tout policier.

nicolas-le-floch-serie-tv-2-400px

Mais un policier d’un genre nouveau dans une époque où les enquêtes criminelles consistaient surtout à passer les suspects à la question, c’est-à-dire la torture, afin qu’ils avouent. En vertu de son éducation qui a fait de lui un esprit éclairé, Nicolas abhorre le procédé et préfère investiguer en recherchant des preuves, une révolution pour les mentalités de l’époque. En outre, il fait pratiquer par le bourreau de Paris à la Basse-Geôle du Châtelet des autopsies sur le corps des homicidés. Les prémices de la police scientifique, en quelque sorte.

Il faut dire que l’époque est propice aux changements et à la modernisation. On remet en cause le pouvoir de l’Église et celui du roi. Il est vrai que nous ne sommes qu’à une vingtaine d’années de la Révolution. Jérôme Robart, formidable interprète du commissaire, parle de « frottement » au sujet de cette période charnière assise entre une fin de règne, celui de la monarchie, et la proximité de 1789.

 

Dark Vador au xviie siècle

Le personnage de Nicolas Le Floch ne manque pas d’ambiguïté. L’acteur explique qu’il lui est même arrivé de le voir, à cause de son costume noir un peu austère, « comme une sorte de Dark Vador, avec Sartine en empereur » ! Ce qui n’empêche pas le jeune commissaire d’apprécier les plaisirs de la chair et de la table. Il ne rechigne pas à fréquenter la maison galante de la Paulet et il prend grand plaisir à partager avec Monsieur de Noblecourt, son père spirituel, de plantureux repas abondamment arrosés des meilleurs vins. Il s’agit là de scènes rituelles introduites dans les romans par Jean-François Parot, fin gourmet, qui se délecte à décrire des menus et des plats à s’en lécher les babines. Il arrive que Nicolas ait beaucoup de mal à récupérer de ses ripailles de la veille. Le vitupérant Monsieur de Sartine le lui reproche et cela donne quelques scènes fort drôles.

nicolas-le-floch-serie-tv-10-400px

Le commissaire Le Floch est secondé par l’inspecteur Bourdeau (Mathias Mlekuz), et tous deux sont placés sous les ordres de Monsieur de Sartine, souvent surpris par Nicolas à poudrer ses perruques. C’est François Caron qui incarne le lieutenant général de police et c’est un plaisir de le voir nous gratifier de réjouissantes colères homériques dont lui seul a le secret. Mais c’est surtout Jérôme Robart qui accroche le regard. Avec son jeu d’une grande sobriété, son air facétieux, et alors qu’il réalise lui-même ses cascades, il fait penser au Belmondo de Cartouche et des Mariés de l’an II (c’est un compliment).

 

Faites procéder à l’ouverture du corps de cet homicidé

La série peint avec fidélité le xviiie siècle. Un soin tout particulier est apporté aux costumes, aux décors et aux accessoires tels que binocles, lampes ou armes. Les dialogues, délectables, s’appuient sur les expressions de l’époque, la syntaxe et la langue qui faisait moult usages de l’imparfait et du plus-que-parfait du subjonctif, tout en veillant à rester compréhensibles pour le spectateur.

nicolas-le-floch-serie-tv-9-400px

Ainsi affirme-t-on « il a été homicidé » et non point « on l’a assassiné » ; « puissiez-vous » au lieu de « pourriez-vous » ; « faites procéder à l’ouverture du corps » pour « faites faire une autopsie ». On l’aura compris, à l’heure de « casse-toi, pauv’ con », de Secret Story et des 72 épisodes des Experts diffusés chaque semaine sur TF1, Nicolas Le Floch est un havre, un refuge, un bonheur rare.

Serviteur, monsieur !

 

Christophe Petit

Mise en ligne : lundi 6 janvier 2014 / Révision : lundi 24 novembre 2014

 

________________________________________________________________________________________________

 

Comment regarder Nicolas Le Floch ?

 

On peut voir la série dans le désordre. Cela ne nuit pas à la compréhension des intrigues policières.

 

nicolas-le-floch-serie-tv-8-200pxTemps forts et temps faibles

Les trois premières saisons sont les meilleures. La quatrième, dont les scénarios ne sont pas adaptés de romans de Jean-François Parot, est un chouïa artificielle car elle « fait » du Nicolas Le Floch en se contentant de dupliquer les recettes qui ont fait le succès des téléfilms précédents sans grande originalité. La cinquième retrouve cependant la grâce des trois premières.

 

À quel public s’adresse-t-elle ?

Il faut faire preuve d’un peu de curiosité pour apprécier les enquêtes de ce valeureux commissaire. Aimer les beaux dialogues, la langue française et les combats à l’épée (bien que ceux-ci se fassent discrets) est indiqué.

 

Si vous avez aimé, vous pouvez regarder dans le même genre :

Les séries historiques françaises des années 60 et 70, comme Le Chevalier de Maison-Rouge ou encore Vidocq.

 

________________________________________________________________________________________________

 

Où voir Nicolas Le Floch ?

 

À la télé : Sur France 2, en rediffusion.

DVD : L’intégralité de la série est disponible en DVD.

 

________________________________________________________________________________________________

 

Fiche technique de Nicolas Le Floch

 

Producteurs : Marc Eloy, Jean Labib

Musique : Stéphane Moucha

Production : La Compagnie des Phares et Balises, France 2, TV5 Monde

 

Distribution

Jérôme Robart : Nicolas Le Floch

Mathias Mlekuz : Inspecteur Bourdeau

nicolas-le-floch-serie-tv-11-400pxVincent Winterhalter : Dr Guillaume Semacgus

François Caron : Monsieur de Sartine

Jean-Marie Winling : Monsieur de Noblecourt

Maria Verdi : Catherine

Jules Sadoughi : L’enfant

Vimala Pons (saisons 1 et 2) puis Camille de Pazzis (saison 3) : Marie de Langremont dite La Satin

Michaël Abiteboul : Le bourreau Charles-Henri Sanson

Pierre Remund : Le roi Louis XV

Jacques Collard : Le vieil huissier

Claire Nebout : La Paulet

Sava Lolov : Comte de La Borde.

 

________________________________________________________________________________________________

 

Épisodes de Nicolas Le Floch

 

Première saison (2008)

1 1.01 L’homme au ventre de plomb

2 1.02 L’énigme des Blancs-Manteaux

 

Deuxième saison (2009)

nicolas-le-floch-serie-tv-7-400px3 2.01 Le fantôme de la Rue Royale

4 2.02 L’affaire Nicolas Le Floch

 

Troisième saison (2010)

5 3.01 La Larme de Varsovie

6 3.02 Le Grand Veneur

 

Quatrième saison (2012)

7 4.01 Le dîner de gueux

8 4.02 L’affaire de la rue des Francs-Bourgeois

 

Cinquième saison (2013)

9 5.01 Le crime de l’hôtel Saint-Florentin

10 5.02 Le sang des farines

4 Commentaire

  1. Passionnée par le personnage de Nicolas Le Floch, je me délecte de ses aventures autant grâce à Jean-François Parot que grâce à Jérôme Robart.

    Ce dernier, merveilleux acteur fort bien choisi pour ce feuilleton, est impatiemment attendu dans ses prochains épisodes.

    Les deux moments, de lecture et de T.V., sont de grande qualité grâce à ces deux protagonistes complémentaires.

    • Entièrement d’accord. France 2 a annoncé que Nicolas Le Floch reviendrait en 2015 pour deux épisodes qui seront malheureusement les derniers : « Le Cadavre anglais » et « Le Noyé du Grand canal ».

  2. Bonjour,

    J’aime beaucoup la série télé (je n’ai pas lu les romans) et je m’étonne. En effet,à moins que je n’aie raté un épisode, ce dont je doute, je me demande où est passée la compagne duchesse de Langremont ex-Satin, qui était enceinte de Nicolas ? Sauriez-vous me répondre ?

    Je vous remercie.

    Cordialement,
    Steph

    • La Satin n’a pas reparu dans la série depuis « Le grand veneur » (épisode 2 de la saison 3) où elle était effectivement enceinte. Dans les romans, elle met au monde un fils, dont le père est Nicolas, prénommé Louis. Nicolas n’a de nouvelles d’elle que par les lettres qu’elle envoie à Louis, placé en nourrice.

Répondre à suzanne élisabeth Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>