Pages Navigation Menu

100 séries télé à regarder absolument, voir avec plaisir... ou à éviter

LUTHER : Scoumoune contagieuse

LUTHER : Scoumoune contagieuse
Luther.
Série-feuilleton. Polar sombre. Royaume-Uni.
14 épisodes de 60 mn (3 saisons). Production terminée (2010-2013).
Première diffusion du 4 mai 2010 au 23 juillet 2013 sur BBC One (Royaume-Uni) et du 23 avril 2012 au 23 décembre 2013 sur Canal+ (France).
Créé par Neil Jordan.
Avec Idris Elba, Indira Varma, Warren Brown, Steven Mackintosh, Ruth Wilson, Paul McGann

 

 

Classification : 2 étoiles pour les saisons 1 et 2, 0 étoile pour la saison 3

Regardé par le rédacteur : Intégralité des trois saisons

 

Détective sur les crimes en série, John Luther prend des raccourcis avec les procédures officielles pour obtenir rapidement des résultats. Ce qui lui vaut l’éloignement de ses proches – à part son fidèle coéquipier Ripley – et d’être une tête brûlée sous surveillance de ses pairs. Une version de Columbo en plus glauque et moins subtile.

luther-serie-tv-7-400px

 

Pourquoi jeter un œil sur Luther ?

 

Un zombie efficace

Tout policier possède son propre sens de la justice et opère au regard (chaque matin devant sa glace) de ses principes personnels plus qu’en vertu de la loi. Détective dans une unité travaillant sur les crimes en série, John Luther (Idris Elba) choisit systématiquement de prendre des raccourcis avec les procédures officielles pour obtenir rapidement des résultats, une enquête sur un serial killer restant une course contre la montre pour éviter de nouveaux assassinats.

Il ira jusqu’à laisser tomber un meurtrier d’une dizaine de mètres de haut, bien que ce dernier lui ait avoué, juste avant, où était caché sa dernière victime… Ce qui lui vaudra une mise à pied de sept mois, une dépression et le départ de sa femme, Zoé, avocate humanitaire, qui en avait marre de vivre avec zombie.

 

Tête brulée répertoriée

Combattant le crime comme pour mieux lutter contre ses propres démons, capable de devenir aussi soudainement violent que génialement intuitif dans ses enquêtes, John Luther est une tête brulée répertoriée. Comme toute décision prise ne se juge pas qu’à l’aulne de ses résultats, il est constamment sous surveillance de ses pairs.

luther-serie-tv-12-400px

Il peut néanmoins compter sur un coéquipier fidèle, admirateur de son travail (il a envoyé une lettre par semaine durant son retrait forcé du service pour être affecté à ses côtés) et une supérieure qui le couvre comme une mère. Voire le concours d’une étrange alliée, experte en mal absolu, Alice Morgan, qui a du sang sur les mains mais n’a pas été confondu par Luther en raison d’un pacte conclu entre eux.

Car les épreuves personnelles vont se succéder pour le détective. A force de traiter des affaires sordides, John Luther semble en effet entretenir autour de lui, et notamment pour ses proches, le malheur comme une maladie contagieuse. Sa part d’ombre pourrait bien finir par le faire plonger définitivement dans l’obscurité de l’existence…

 

Mécanisme de l’intrigue inversée

Conçue par Neil Cross, un des scénaristes majeurs de MI-5, Luther cherche à reprendre le mécanisme de l’intrigue inversée de Columbo : le coupable est connu dès les premières scènes et l’intérêt réside dans la façon dont le détective réussira à le confondre. Contrairement au célèbre inspecteur à l’imperméable, John Luther ne peut pas toujours harceler directement son suspect numéro 1 et doit employer d’autres moyens pour lui faire commettre une erreur.

luther-serie-tv-13-400px

Cette série-feuilleton ajoute une dimension personnelle supplémentaire au héros, sa liaison amoureuse – la femme de Columbo ayant été le principal alibi de l’enquêteur pour poser des questions embarrassantes – ainsi des relations classiques (un bras droit couvrant aveuglément les écarts de son boss) ou inhabituelles (qui connaît mieux le mode de raisonnement d’un meurtrier qu’un autre meurtrier ?). Au cours des deux premières saisons, le contraste saisissant entre le charisme d’Idris Elba (Russel Bell dans Sur écoute) et la sobre qualité des seconds rôles (Steven Mackintosh, Warren Brown, Indira Varma, Saskia Reeves) réussissent à nous entraîner dans des trames fortes toujours à la limite de l’improbable (comme le militaire en service commandé par son père) et le destin noir du héros principal. D’autant plus que ce polar sombre entretient parfaitement son ambiance glauque à travers le choix des décors naturels de Londres, en particulier de ses quartiers défavorisés.

 

Une troisième et dernière saison ratée

Cependant, au cours de la troisième saison, incontestablement celle de trop, le charme ténébreux de Luther s’estompe, la faute à un scénario cumulant les invraisemblances. Dès le premier épisode, une femme menacée, qui veut appeler la police quand elle entend son chat miaulé d’effroi, n’ose plus le faire lorsqu’elle voit son mari, parti élucider ce mystère dans le grenier, traverser la tête la première le plafond de sa chambre… Du coup, comme lorsque le téléspectateur décroche dans une histoire, il n’en remarque plus que les défauts : les maisons que personne ne s’obstine à fermer à clé, l’acharnement ridicule de l’enquêteur, les répliques hasardeuses, une manipulation qui ne fonctionne pas.

luther-serie-tv-1-400px

Ainsi, les déductions de John Luther deviennent des illuminations, l’extravagance d’un personnage secondaire vraiment original vire au paradoxe insupportable, et la crédibilité se transforme en culpabilité (passagère, rien de grave, rassurez-vous) d’avoir cru en un héros différent. Sans doute ne fallait-il pas dans cette série-feuilleton, comme dans d’autres, avoir la gâchette ou la plume d’auteur trop facile pour éliminer tout ce qui mettait finalement en valeur Luther, c’est-à-dire ses proches. Comme pour la technique du pointillisme, la couleur d’un héros ne ressort et prend sa véritable teinte qu’au regard de la couleur de ceux qui l’entourent.

 

François Simoneschi

Mise en ligne : jeudi 22 mai 2014 / Révision : jeudi 22 mai 2014

 

________________________________________________________________________________________________

 

Comment regarder Luther ?

 

Il faut commencer par le premier épisode qui pose la noirceur et le côté borderline du personnage de Luther, sa relation ambigüe avec Alice Morgan (la perverse narcissique) et les raisons de son éloignement avec sa femme.
luther-serie-tv-9-200pxAttention : nombre d’histoires sont racontées sur deux épisodes.

 

Y a-t-il une fin ?

Oui. La plupart des personnages secondaires ont disparu.

 

Temps forts et temps faibles

Après deux saisons où l’on pardonne les approximations dans les scénarios, l’improbabilité de quelques scènes et certaines répliques de comptoir améliorées grâce aux talents des acteurs, la troisième saison est tout bonnement imbuvable, faisant ressortir le pire de la série télévisée et oubliant les quelques fondamentaux (des intrigues originales – comme le militaire en service commandé, saison 1 épisode 2), la noirceur de l’existence d’un policier) qui avaient réussi à hypnotiser le téléspectateur.

 

À quel public s’adresse-t-elle ?

Comme dans trop de séries télévisées, à ceux qui ont craqué pour le charisme d’Idris Elba ou la sobriété éclatante de Steven Mackintosh (Ian Reed), Warren Brown (Justin Ripley) et Saskia Reeves (Rose Teller).

 

Si vous avez aimé, vous pouvez regarder dans un genre différent : Inside men, une minisérie portée par deux acteurs, coéquipiers d’Idris Elba, Steven Mackintosh et Warren Brown.

 

________________________________________________________________________________________________

 

Fiche technique de Luther (suite)

 

Musique : Paradise Circus par Massive Attack

Production : Katie Swinden, BBC Drama Productions

 

Distribution

 luther-serie-tv-8-200pxrealIdris Elba : John Luther

Indira Varma : Zoe Luther

Warren Brown : Justin Ripley

Steven Mackintosh : Ian Reed

Ruth Wilson : Alice Morgan

Paul McGann : Mark North

Saskia Reeves : Rose Teller

Dermot Crowley : Martin Schenk

Michael Smiley : Benny Silver

Nikki Amuka-Bird : Erin Gray

Aimee-Ffion Edwards : Jenny Jones

Kierston Wareing : Caroline Jones

Pam Ferris : Baba Kent

David Dawson : Toby Kent

Alan Williams : Frank Hodge

David O’Hara : George Starck

Sienna Guillory : Mary Day

Elliot Cowan : Tom Marwood

 

________________________________________________________________________________________________

 

Épisodes de Luther

 

Première saison (2010)

1   1.01    Le mal en soi (Épisode 1)

2   1.02    Les liens du sang (Épisode 2)

3   1.03    Sang-froid (Épisode 3)

4   1.04    La main dans le sac (Épisode 4)

5   1.05    Argent roi (Épisode 5)

6   1.06    Tuer pour survivre (Épisode 6)

 

Deuxième saison (2011)

7   2.01    Il est l’aurore (Épisode 1)

8   2.02    Dans avec les requins (Épisode 2)

9   2.03    La vie à pile ou face : pile (Épisode 3)

10   2.04    La vie à pile ou face : face (Épisode 4)

 

Troisième saison (2013)

11   3.01    A la source du mal (Épisode 1)

12   3.02    L’héritage d’un prédateur (Épisode 2)

13   3.03    La loi du talion (Épisode 3)

14   3.04    Folie meurtrière (Épisode 4)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>