Pages Navigation Menu

100 séries télé à regarder absolument, voir avec plaisir... ou à éviter

TAXI BROOKLYN : Émilien, Daniel… revenez !

TAXI BROOKLYN : Émilien, Daniel… revenez !
Taxi : Brooklyn.
Série. Policier / action. France / États-Unis.
12 épisodes de 52 mn (1 saison).
Première diffusion du 14 avril au 5 mai 2014 sur TF1 (France).
Créé par Gary Scott Thompson
Avec Chyler Leigh, Jacky Ido, Raul Casso, James Colby, Carl Ducena, Bill Heck, José Zúñiga

 

 

Classification : 0 étoile

Regardé par le rédacteur : 3 premiers épisodes de la saison 1

 

Le lieutenant Caitlyn Sullivan, qui multiplie les accidents de voiture, tombe par la grâce d’une arrestation providentielle, sur un ange gardien, Léo Romba, plus pilote que conducteur de taxi, pour l’accompagner dans ses missions. Et dans la quête du meurtrier de son père. Une adaptation de la suite des films Taxi, par la maison de production de Luc Besson… qui s’est trop prise au sérieux pour donner une seconde vie à l’histoire originelle des longs métrages.

 

Pourquoi éviter Taxi : Brooklyn ?

 

Transatlantique risquée

Du 7e au 8e art, la passerelle a été souvent empruntée dans les deux sens. Voire à contre-sens, comme pour Mission : Impossible – le premier film transformant la figure emblématique de la série télé, Jim Phelps, en traître ! – ou pour Les Mystères de l’Ouest et Chapeau Melon et bottes de cuir , dont l’adaptation cinématographique possède plus de filiation avec la suite des James Bond qu’avec leurs créations originales.

Nombre de longs métrages ont connu une seconde vie sur le petit écran pour permettre au héros d’atteindre son nirvâna : la récurrence. La force, voire le génie, de l’œuvre-source ne s’est pas forcément transmise lors de l’adaptation télévisée (Highlander) comme la banalité d’un film a parfois accouché d’une série télé étonnante (Buffy : tueuse de vampires devenu Buffy contre les vampires).

Pour Luc Besson, après Nikita, un long métrage dont il est impossible de se lasser près d’un quart de siècle après sa sortie, c’est au tour de sa suite des Taxi (1 à 4) de connaître le mauvais sort d’une déperdition lors de sa mutation en série télé outre-Atlantique.

 

Le même point de départ que les Taxi… en version ringard

L’essorage des valeurs sur laquelle repose l’attractivité de Taxi, dont le premier opus reste un modèle du genre (avant de perdre progressivement en intérêt, mais jamais en capital sympathie au fil des épisodes), commence dès les premières scènes de Taxi Brooklyn. Tout de suite, on se prend au sérieux. Pensez donc : le lieutenant Caitlyn Sullivan vient de plier trois voitures en un mois et de changer cinq fois de coéquipier en un an. Elle n’est pas d’humeur à plaisanter avec son prisonnier, arrêté au terme d’une course-poursuite : Léo Romba, plus pilote que taxi, de surcroit citoyen français, et qui affirme avoir été pris en otage à la sortie d’un braquage de banque.

Sa première blague donne le ton : « Non, je ne peux pas faire arrêter votre mari parce qu’il a oublié votre anniversaire de mariage ! », affirme-t-elle à une femme improbable au téléphone. Ce n’est de toute façon pas son jour de gloire : son capitaine la met à pied… en la réaffectant dans une patrouille pédestre. Pis, cette affaire de taxi est venue roulée sur ses plates-bandes alors qu’elle continuait (avec rage) d’enquêter sur son père, un policier assassiné il y a quatre ans. Caitlyn Sullivan, dite « Cat » quand vous l’avez apprivoisée, est en effet régulièrement renseignée sur ce meurtre par des SMS d’une source anonyme.

 

taxi_brooklyn_serie-tv-3-500px

 

Émilien, Daniel… revenez !

Dans Taxi : Brooklyn, finies l’insouciance et la légèreté des films Taxi. Ses héros ne cherchent pas, comme le maladroit compulsif Émilien et le surréaliste conducteur de taxi Daniel, à résoudre des délits farfelus, genre braquage de banques par une bande insolente, enlèvement rocambolesque du ministre de la Défense japonais ou traque d’un gang de Père Noël se terminant tout schuss dans une station de ski pour la célèbre 406 blanche. Trop peu pour les Américains.

Donc exit les personnages secondaires ou apparitions hilarants des longs métrages de Besson (à part le taximan homo dan sle premier épisode), ou encore la musique rap rythmant des cascades brillamment filmées (même l’une d’elles fut malheureusement fatale à un cameraman dans les Taxi). Place à la profondeur bleue nuit – assoupissante, pour tout dire – des personnages au potentiel exploré du côté obscur (comme la mère de « Cat », qu’on aurait aimé plus dingue dans sa course à l’éternelle jeunesse) et à des courses-poursuites donnant le tournis sans provoquer l’essentiel vertige du frisson.

 

Polar non décalé

Taxi Brooklyn prend seulement le même point de départ que les Taxi en le lestant d’un vécu commun – Sullivan et Romba sont unis par la quête du père. L’histoire se focalise sur l’art contraint du lieutenant Sullivan de devoir ressembler à un vrai mec – pour compliquer la relation amoureuse avec son duettiste ? – et la connaissance millimétrée du terrain de l’as du volant français comme dans un vrai polar (avec des intrigues cependant convenues), au lieu de déplomber l’ambiance par un décalage constant dans les scènes.

Chyler Leigh (Lexi Grey dans Grey’s Anatomy) et Jacky Ido (apparu dans les films de Tarantino et Lelouch) ont beau se démener, on ne tombe même pas sous leur charme indéniable tant cette série télé manque du souffle et  de l’imagination… propres aux films de Luc Besson !

Il paraît que Taxi : Brooklyn est l’une des séries françaises les plus chères (de tous les temps, comme il se doit). Il est grand temps pour notre pays de faire des économies…

 

François Simoneschi

Mise en ligne : mercredi 7 mai 2014 / Révision : mercredi 7 mai 2014

 

________________________________________________________________________________________________

 

Comment regarder Taxi Brooklyn ?

 

Y a-t-il une fin ?

La saison 2 est d’ores et déjà prévue. À quand Taxi : Manhattan et Taxi : Miami ?

 

À quel public s’adresse-t-elle ?

Surtout pas à ceux qui ont aimé la suite des films Taxi ! Même si vous avez un faible niveau d’exigence pour vos fictions, en raison d’une journée chargée ou d’une déprime passagère, se lancer dans Taxi : Brookyn est risqué…

 

Si vous n’avez pas aimé, vous pouvez regarder dans le même genre : No Limit, autre série Besson, garantie en personnages et scènes décalées.

 

________________________________________________________________________________________________

 

Fiche technique de Taxi Brooklyn (suite)

 

taxi_brooklyn_serie-tv-2-300pxMusique : Nathaniel Mechaly

Production : EuropaCorp Télévision

 

Distribution

Chyler Leigh : Caitlyn Sullivan

Jacky Ido : Léo Romba

Raul Casso : Ronnie

James Colby : Capitaine John Baker

Carl Ducena : Officier Carl

Bill Heck : Agent Spécial Greff James

José Zúñiga : Eddie Esposito

Allie Walker : Frankie Sullivan

 

________________________________________________________________________________________________

Épisodes de Taxi Brooklyn

 

Première saison (2014)

1   1.01    Le prix de la course

2   1.02    L’héritage

3   1.03    Cherchez les femmes

4   1.04    Esprit de famille

5   1.05    Témoin gênant

6   1.06    Mourir d’aimer

7   1.07    La belle et le gigolo

8   1.08    Brooklyn chrono

9   1.09    Ménage trouble

10   1.10    La nuit la plus longue

11   1.11    Le match de leur vie

12   1.12    Dernière course

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>