Pages Navigation Menu

100 séries télé à regarder absolument, voir avec plaisir... ou à éviter

THE KILLING : Du tricoté main

THE KILLING : Du tricoté main
The Killing (Forbrydelsen)
Feuilleton. Policier, thriller et tellement plus… Danemark.
40 épisodes de 57 mn (3 saisons, production terminée avec conclusion de l’histoire).
Première diffusion du 7 janvier 2007 au 25 novembre 2012 sur DR 1 (Danemark) et du 18 mai au 20 juillet 2010 sur Arte pour la saison 1 ; du 2 au 30 mars 2011 sur TPS Star pour la saison 2 ; du 15 mars au 12 avril 2014 sur Ciné+ Premier pour la saison 3 (France).
Créé par Søren Sveistrup
Avec Sofie Gråbøl, Morten Suurballe, Anne Marie Helger, Eske Forsting Hansen

 

 

Classification : 4 étoiles.

Regardé par le rédacteur : Intégrale.

 

Qu’elle enquête sur le meurtre d’une adolescente et d’anciens militaires ou sur la disparition d’une fillette, Sarah Lund s’engage à chaque fois dans une lutte contre le mensonge institué en raison d’État, celui qui broie les êtres les plus affaiblis, les proches des victimes. Mais l’impénétrable Sarah Lund, policière aux pulls tricotés main, est têtue et obstinée.

the-killing-serie-tv-dk-400px

 

Pourquoi regarder absolument The Killing ?

 

Sarah Lund superstar

Il y a quelque chose de spécial au royaume de Danemark dont la série The Killing a triomphé en Europe. Elle a été diffusée en version originale sous-titrée sur la BBC et Sarah Lund (incarnée par l’extraordinaire Sofie Gråbøl) est même apparue dans la chambre d’Edina dans l’un des derniers épisodes d’Absolutely Fabulous. Elle a aussi connu le succès aux USA où la série a fait l’objet d’un remake. Partout, elle provoque un déchaînement de commentaires élogieux de la part des critiques et des téléspectateurs, tout surpris de se retrouver à ce point absorbés par une série policière dotée d’une intrigue comme on n’en fait plus. En 2010, en France, la diffusion de la première saison sur Arte avait engendré un bel enthousiasme.

the-killing-dk-serie-tv-2-400px

 

L’affaire Nanna Birk Larsen

La première saison suit l’inspecteur Sarah Lund dans son enquête sur la mort de Nanna Birk Larsen, une adolescente retrouvée morte dans le coffre d’une voiture immergée dans un marais. Ce meurtre sordide bouleverse la vie de ses parents dont les vingt épisodes de la saison suivent le deuil, la colère et l’impuissance. Lund découvre que le candidat au poste de maire aux élections municipales de Copenhague n’est sans doute pas étranger à l’affaire. De ces trois points de vue (ceux de la police, des parents et de l’hôtel de ville), découlent une multitude de fausses pistes et de coups bas qui nourrissent le récit autant en rebondissements qu’en scènes où les protagonistes sont surpris dans leur quotidien.

the-killing-dk-serie-tv-4-400px

 

Le polar nordique dans toute sa splendeur

L’intrigue policière, captivante, s’appuie sur une atmosphère lourde propre aux polars nordiques. La ville de Copenhague est filmée de nuit ou sous la lumière blafarde du petit jour, arrosée d’une pluie abondante et poisseuse. Il fait froid, ce qui explique que Lund porte des pulls de laine qui sont devenus tellement emblématiques du personnage que leurs ventes ont explosé lors de la diffusion au Danemark et au Royaume-Uni. Lund est très éloignée de la policière sortie du moule FBI des séries américaines. Même si elle est sûre d’elle, intransigeante et instinctive, elle ne dit jamais un mot de trop et ses coéquipiers, qu’elle malmène à l’occasion, se vengent en moquant son trop grand sérieux.

 

L’incroyable Sofie Gråbøl

Sarah Lund est incarnée par une formidable actrice, Sofie Gråbøl, qui a participé dès l’écriture au développement de son personnage en insistant pour que son passé reste flou. On sait très peu de choses de Lund, en effet, et cette absence de racines fait d’elle un personnage qui ne semble jamais à sa place. Ainsi, elle n’aurait jamais dû hériter de l’affaire Nanna Birk Larsen car, quand celle-ci éclate, elle effectuait son dernier jour dans la police danoise et devait quitter le pays pour s’installer avec son fiancé en Norvège. Alors qu’elle a été mutée dans une zone portuaire à cause d’irrégularités commises dans l’enquête Birk Larsen, elle est appelée par son ancien chef, Lennart Brix, en qualité de simple consultante sur l’affaire Anne Dragsholm, une juriste retrouvée morte dans le mémorial de la Résistance danoise (saison 2).

the-killing-dk-serie-tv-11-400px

Quant à la saison 3, elle commence au moment où Sarah reçoit une distinction qui va lui permettre d’aller pantoufler dans un bureau bien au chaud. C’est en tout cas ce qu’elle souhaite ou croit souhaiter mais la disparition d’une fillette, dont le père possède la plus grande entreprise du pays, vient tout remettre en cause. Dans les trois cas, Sarah est happée par l’enquête au point de négliger sa vie de famille qui ne se résume d’ailleurs qu’à son fils et à sa mère.

 

Le déclin de Sarah Lund

Pour Sarah Lund, chaque enquête tourne à l’obsession. Ce n’est qu’à force de ténacité qu’elle finit par démasquer le coupable. Loin d’être une libération, cette révélation est, dans chaque saison, un coup de massue pour les proches de la victime, signe la fin d’une carrière politique et atteint toujours un peu plus cette pauvre Sarah dont la vie terrestre semble entachée d’une malédiction : heureuse tu ne seras point. Non, Sarah Lund, jamais tu ne connaîtras la joie de vivre et c’est pourquoi tu ne trouveras ton salut qu’en te laissant engloutir par ton travail. Sans crime, sans mystère, Sarah Lund, tu ne peux pas exister et tu serais folle de l’oublier. C’est ce que semble hurler l’épouvantable final de la série.

the-killing-dk-serie-tv-15-400px

 

Politique

La série est aussi une plongée dans l’univers impitoyable de la politique danoise où les rouages des arbitrages et des compromis sont disséqués avec minutie. On assiste à ce qui s’apparente plus à des combats de coqs qu’à la gestion d’une ville ou d’un pays. La deuxième saison va encore plus loin que la première puisque, cette fois, c’est dans l’entourage du ministre de la justice que se déroule l’affaire, par ailleurs connectée à des secrets militaires ayant à voir avec l’intervention danoise en Afghanistan. Dans la troisième saison, c’est le premier ministre lui-même qui est au centre de l’intrigue politique et nous sommes à la veille des élections. Cette saison analyse à quel point le monde politique et celui des affaires se concilient. Elle donne une vision très sombre du capitalisme en décrivant des financiers tout-puissants.

 

Une atmosphère, un rythme, une authenticité

En jouant avec les clichés du polar pour mieux en détourner les codes, The Killing fait penser à Twin Peaks, les forces maléfiques en moins. Le personnage de Nanna Birk Larsen rappelle en bien des points celui de Laura Palmer. Les portraits des deux jeunes filles servent de fond aux génériques de fin des deux séries. The Killing a transformé le sien en véritable instrument de torture pour le spectateur. Au moment où l’intrigue s’emballe, où le suspense est à son comble, une curieuse mélodie se fait entendre, une mélodie haïe à travers l’Europe car elle annonce la fin de l’épisode. Sans dialogue, cette dernière minute s’attarde sur chacun des protagonistes emblématiques des trois mondes de la série (le policier, le familial, le politique) au moment même où ils vont faire une découverte majeure pour la suite de l’enquête. Il est à noter que nous les laissons rarement dans une situation où l’on craint pour leur vie.

the-killing-dk-serie-tv-12-400px

La série fonctionne en effet sur l’économie de jeu et la sobriété désarmante de tous les acteurs, ce qui confère à leurs personnages une épaisseur qui fait d’eux plus que de simples flics, suspects ou hommes politiques. Il n’y a jamais un plan, un détail, une phrase de trop dans The Killing. Il s’en dégage une atmosphère, un rythme, une authenticité qui accaparent le spectateur pour ne plus le lâcher jusqu’à la révélation finale. Une terrible révélation.

 

Christophe Petit

Mise en ligne : jeudi 29 mai 2014 / Révision : mardi 4 juin 2014

  

 

Un mot sur la diffusion en France de The Killing

 

the-killing-dk-serie-tv-5-200pxÀ l’heure où il est de bon ton de s’esbaudir devant les séries (il était temps : elles nourrissent notre quotidien télévisuel depuis soixante ans et il n’y a bien qu’en France qu’on leur déniait farouchement toute qualité), le traitement réservé à The Killing et à sa diffusion traduit le profond mépris dans lequel on les tient, avec leurs aficionados, pourtant encore. Les séries jouent actuellement le rôle des émissions de variété dans les années 90 et de la télé-réalité dans les années 2000-2010 : un simple moyen d’assurer le buzz et de faire de l’audience. Quand la mode sera passée, vous n’entendrez plus parler de séries (ou si peu). Le sort de The Killing version danoise en est tout à fait symptomatique.

 

The Killing, qui ne comporte que 40 épisodes répartis sur trois saisons, a été programmé en première diffusion sur pas moins de trois chaînes différentes ! Arte avait lancé le bal en 2010 avec une diffusion de la première saison après 22 heures 30. Au printemps 2011, c’est TPS Star qui diffusait la deuxième (avant qu’Arte ne la propose à son tour en clair à la rentrée de la même année). Puis plus rien pendant près de trois ans. La troisième saison, qui date de 2012, n’a été diffusée en France qu’au printemps 2014 sur Ciné+ Premier. Elle est enfin annoncée sur Arte du 3 au 31 juillet prochains. Le sort s’acharne donc car on espérait mieux que cette période estivale.

 

the-killing-dk-serie-tv-17-200pxOn peut comprendre à la rigueur que, pour des questions de droits, une série saute d’une chaîne à l’autre. Mais quelqu’un, parmi les directeurs des achats et de la programmation, s’est-il demandé si les téléspectateurs allaient pouvoir suivre Sarah Lund dans les méandres du paysage audiovisuel français aussi bien qu’elle traque les criminels dans Copenhague ? En raison de ce parcours du combattant, la série danoise originelle est moins connue chez nous que sa pâle copie américaine. Un comble ! En outre, la diffusion sur Ciné+ s’est faite sans aucune promotion de la part de la chaîne et dans l’indifférence générale des médias, comme si The Killing n’avait d’intérêt que lorsqu’elle était diffusée sur Arte. Se pourrait-il qu’on pense, en France, qu’une série diffusée sur une chaîne « banale » est moins bonne que lorsqu’elle est diffusée sur une  chaîne estampillée culture ou une autre marquée cinéma-sport-série-qui-a-la-carte ? On n’ose le croire…

 

 

Comment regarder The Killing ?

 

Les épisodes de chaque saison doivent être vus dans l’ordre, mais chaque saison raconte une enquête bouclée. Cependant, il est préférable de les voir chacune dans l’ordre également car les personnages évoluent. Le fils de Sarah, Mark, ado dans la première saison, est un homme dans la dernière.

 

the-killing-dk-serie-tv-13-400pxY a-t-il une fin ?

Oui. Le dernier épisode est une très intelligente conclusion.

 

Temps forts et temps faibles

On retrouve dans chaque saison le même mécanisme dans la progression de l’enquête, ce qui pourrait être un handicap. Mais comme le client qui, quels que soient les fabuleux desserts proposés à la carte, s’évertue à toujours choisir les profiteroles parce qu’il les adore, le spectateur de The Killing ne s’en lasse pas. D’ailleurs, c’est à peine s’il le perçoit, tant il est happé par son écran.

 

À quel public s’adresse-t-elle ?

Aux amateurs de polars qui sont aussi une exploration de la nature humaine mais qui n’oublient pas de ménager le suspense.

 

Si vous avez aimé, vous pouvez regarder dans le même genre : Twin Peaks auquel The Killing fait beaucoup référence, surtout dans sa première saison. En revanche, on ne retrouve pas grand-chose de la série danoise dans la version américaine (qui n’est cependant pas une mauvaise série policière) à laquelle il manque l’essentiel : le Danemark.

 

________________________________________________________________________________________________

 

Où voir The Killing ?

 

À la télé : La saison 3 sera (enfin) diffusée du 3 au 31 juillet sur Arte.

DVD : L’intégralité de la série est disponible en DVD (la troisième saison est prévue pour août 2014).

 

________________________________________________________________________________________________

 

Fiche technique de The Killing (suite)

 

Productrice exécutive : Piv Bernth

Supervision de la production : Ingolf Gabold

Productrice : Sandra Foss

Producteurs associés : Wolfgang Feindt, Peter Nadermann

Musique : Frans Bak

Production : Danmarks Radio (DR), Norsk Rikskringkasting (NRK) , Sveriges Television (SVT) , ZDF Enterprises, Zweites Deutsches Fernsehen (ZDF) , Nordvisionsfonden, Nordisk Film & TV Fond

 

 

 

Distribution

 

Première saison (2007) : Forbrydelsen

Sofie Gråbøl : Sarah Lund

the-killing-dk-serie-tv-10-200pxLars Mikkelsen : Troels Hartmann

Bjarne Henriksen : Theis Birk Larsen

Ann Eleonora Jørgensen : Pernille Birk Larsen

Marie Askehave : Rie Skovgaard

Michael Moritzen : Morten Weber

Søren Malling : Jan Meyer

Nicolaj Kopernikus : Vagn

Bent Mejding : Poul Bremer

Jonas Leth Hansen : Emil Birk Larsen

Kasper Leth Hansen : Anton

Laura Drasbæk : Charlotte

Johan Gry : Bengt

Anne Marie Helger : Vibeke Lund

Troels II Munk : Buchard

Morten Suurballe : Lennart Brix

the-killing-dk-serie-tv-9-200pxAnne Marie Helger : Vibeke Lund

Eske Forsting Hansen : Mark Lund

 

Deuxième saison (2009) : Forbrydelsen II

Sofie Gråbøl : Sarah Lund

Nicolas Bro : Thomas Buch

Charlotte Guldberg : Karina Munk Jørgensen

Preben Kristensen : Carsten Plough

Ken Vedsegaard : Jens Peter Raben

Stine Prætorius : Louise Raben

Flemming Enevold : Torsten Jarnvig

Morten Suurballe : Lennart Brix

Mikael Birkkjær : Ulrik Strange

Carsten Bjørnlund : Christian Søgaard

Lotte Andersen : Ruth Hedeby

Kurt Ravn : Gert Grue Eriksen

Jens Jacob Tychsen : Erling Krabbe

Tobias Krohn : Jonas Raben

Igor Radosavljevic : Said Bilal

Søren Pilmark : Erik König

Ole Lemmeke : Flemming Rossing

Benedikte Hansen : Birgitte Agger

the-killing-dk-serie-tv-6-200pxAnne Marie Helger : Vibeke Lund

Eske Forsting Hansen : Mark Lund

Janus Nabil Bakrawi : Kahn.

 

Troisième saison (2012) : Forbrydelsen III

Sofie Gråbøl : Sarah Lund

Morten Suurballe : Lennart Brix

Nikolaj Lie Kaas : Mathias Borch

Olaf Heine Johannessen : Kristian Kamper

Trine Pallesen : Karen Nebel

Sigurd Holmen le Dous : Asbjørn Juncker

Anders W. Berthelsen : Robert Zeuthen

Helle Fagralid : Maja Zeuthen

Stig Hoffmeyer : Niels Jon Reinhardt

Jonatan Spang : Kristoffer Kamper

Thomas W. Gabrielsson : Loke Rantzau Poulsen

Henrik Birch : Anders Ussing

Jakob Lohmann : Dyhring

Tammi Øst : Birgit Eggert

Søren Sætter-Lassen : Mogens Rank

Neel Rønholt : Eva Lauersen

Anne Marie Helger : Vibeke Lund

Eske Forsting Hansen : Mark Lund

 

________________________________________________________________________________________________

 

Épisodes de The Killing

 

Les épisodes n’ont pas de titre, ni en danois, ni en français. Certains guident mentionnent les titres « Jour 1 », « Jour 2 », etc. Or, les épisodes ne se déroulent jamais sur une seule journée, ils sont à cheval sur deux.

 

Première saison (2007) : Forbrydelsen

20 épisodes, de 1 (1.01) à 20 (1.20)

 

Deuxième saison (2009) : Forbrydelsen II

10 épisodes, de 21 (2.01) à 30 (2.10)

 

Troisième saison (2012) : Forbrydelsen III

10 épisodes, de 31 (3.01) à 40 (3.10)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>