Pages Navigation Menu

100 séries télé à regarder absolument, voir avec plaisir... ou à éviter

S-Z

Saison : Aux États-Unis, période de temps s’écoulant entre septembre et juin et, par extension, ensemble des épisodes diffusés au cours de ce laps de temps. Sur les chaînes câblées américaines (HBO, Showtime, AMC…), les saisons comptant moins d’épisodes (treize en moyenne) que sur les grandes chaînes, leur diffusion s’étale beaucoup moins dans le temps. Ainsi, les saisons du Trône de fer  s’étalent d’avril à juin, celles de Justified de janvier à avril.

 

Season finale : Dernier épisode d’une saison, qui prend généralement la forme d’un cliffhanger (voir ce mot).

 

Season opener ou season premiere : Premier épisode d’une saison.

 

Sequel : Suite d’une série ou d’un feuilleton. Racines II : Les nouvelles générations est un sequel de Racines.

 

Serial : Ancêtre cinématographique du feuilleton télé. Chaque épisode est la suite du précédent.

 

Série : Suite d’épisodes qui ont comme liens les mêmes personnages, les mêmes décors ou un type d’intrigues réguliers. Chaque épisode constitue une histoire complète, mais celle-ci peut parfois être constituée de deux parties (donc deux épisodes). À partir des années 80, il est devenu de plus en plus courant que les séries tendent vers le feuilleton en ajoutant des intrigues courant sur plusieurs épisodes, chaque épisode racontant par ailleurs une histoire complète. Sur ce site, nous les avons baptisées « séries-feuilletons ».

 

Série dérivée ou spin-off : Série tirée d’une autre et utilisant le même concept (mais pas toujours) ou des personnages de la première série. Côte Ouest est une série dérivée de Dallas, Xéna la guerrière, une série dérivée d’Hercule, Lou Grant une série dérivée de The Mary Tyler Moore Show.

 

Série-feuilleton : Série tendant vers le feuilleton où chaque épisode raconte une histoire complète pendant que des éléments secondaires (mais qui peuvent devenir de premier plan) se poursuivent d’épisode en épisode. Voir structure modulaire.

 

Series finale : Dernier épisode d’une série.

 

Series opener ou series premiere : Premier épisode d’une série.

 

Showrunner : À l’origine, le producteur exécutif, véritable artisan d’une série, était chargé d’en superviser la conception artistique, d’en gérer tous les aspects et de veiller à sa bonne marche au quotidien. Il était très souvent le créateur de la série et son principal scénariste. Mais, depuis le milieu des années 2000, le terme « producteur exécutif » est aussi devenu un titre honorifique destiné à câliner les acteurs et les actrices principales. Leur nomination à ce poste s’accompagne alors d’une augmentation de salaire et d’un droit de regard sur les scénarios. Le système existait déjà mais n’était pas traduit par un crédit au générique. Vidé de sa signification, le terme « producteur exécutif » a donc été remplacé par celui de showrunner pour désigner le producteur exécutif qui officie réellement aux destinées de la série. Cependant, le terme showrunner n’apparaît pas dans le générique.

 

Sitcom : Contraction des termes situation comedy, comédie de situation. Série humoristique se déroulant le plus souvent dans un nombre de décors limité, mettant en scène une famille ou un groupe de personnages unis par un lien quelconque (travail, lieu de vie, amitié…), et dont les dialogues sont entrecoupés des rires d’un supposé public. Même dans le cas où la sitcom est enregistrée en public, il est courant d’ajouter aux rires de celui-ci des rires préenregistrés pour renforcer l’effet comique. Remarque : on préférera la forme une sitcom à un sitcom (les termes comédie et situation étant, en français, du féminin), comme le préconise le dictionnaire Robert de l’orthographe.

 

Slapstick : Type d’humour mettant en scène des gags très visuels (tarte à la crème, gag de la planche…)

 

Soap opéra : Littéralement « opéra de savon », « opéra savonneux » ou encore « opéra-lessive ». Feuilleton quotidien dans la veine des Feux de lamour, dont les ancêtres étaient les feuilletons radiophoniques sponsorisés par des marques de lessive telles que Procter et Gamble, toujours propriétaires de certains des soaps encore diffusés à la télévision. Parmi les premiers soaps apparus sur les petits écrans américains dès les années 40, quelques-uns étaient des adaptations ou la suite de feuilletons radiophoniques dont on avait parfois repris les acteurs pour incarner le même rôle à la télévision. Les ressorts mélodramatiques simplistes (sexe, argent, drame, amour, haine, trahison) des soaps sont destinés à capter facilement l’attention des téléspectateurs. Les soaps sont tournés au rythme de cinq épisodes par semaine et diffusés du lundi au vendredi. Les plus célèbres sont Haine et passion (Guiding Light, créé en 1951), Hôpital central (General Hospital, 1963), La force du destin (All my Children, 1970), Les feux de l’amour (The Young and the Restless, 1973), Santa Barbara (1984), Amour, gloire et beauté (The Bold and the Beautiful, 1987). On les appelle daytime soaps pour les différencier des nighttime soaps (voir ce terme).

 

Spin-off : Voir série dérivée.

 

Spoiler : Révélation sur les épisodes inédits d’une série, souvent mal accueillie par les téléspectateurs pour qui l’un des charmes des séries est de se laisser surprendre par les retournements de situations.

 

Stock-shot : Sorte de banque d’images dans lesquels les réalisateurs puisent pour ne pas à avoir à filmer de nouveau le même plan. Exemple : le zoom sur le ranch de Southfork ou sur la fenêtre du bureau de J.R. dans Dallas.

 

Structure modulaire : Utilisée dans les séries-feuilletons, cette structure consiste à faire évoluer et cohabiter deux types d’histoires, tout d’abord une histoire a qui peut s’étaler sur plusieurs épisodes, ensuite des histoires b, c, d… bouclées à la fin de l’épisode.

 

Sudsology : Étude du soap opera (suds = mousse de savon ou eau de lessive).

 

Syndication : Mettre un programme en syndication signifie le vendre à des stations locales non affiliées aux grands réseaux. Il peut s’agir de programmes déjà diffusés sur les réseaux (dans ce cas, la syndication est une sorte de second marché) ou bien de programmes inédits spécialement conçus pour la syndication (Star Trek : La nouvelle génération, Hercule…). La syndication ne produit aujourd’hui plus de séries de fiction.

 

Tagline : Petite phrase, apparaissant dans un générique. Exemple : « La vérité est ailleurs » dans X-Files.

 

Twist : Retournement de situation inattendu provoquant un effet de surprise.

 

UPN : United Paramount Network. Un des anciens réseaux de télévision américains (voir CW).

 

Voix off : Voix commentant l’action ou servant à faire entendre au téléspectateur ce à quoi pense le personnage.

 

WB : Warner Bros. Network. Un des anciens réseaux de télévision américains (voir CW).

 

A-C

A comme... Anthologie (La Quatrième Dimension)
A comme… Anthologie (La Quatrième Dimension)

 

D-L

D comme Dramédie (Hill Street Blues)
D comme Dramédie (Hill Street Blues)

M-R

M comme... Minisérie (Inside Men)
M comme… Minisérie (Inside Men)