Pages Navigation Menu

100 séries télé à regarder absolument, voir avec plaisir... ou à éviter

Pourquoi generations-series.com ?

 

Un format adapté à la créativité et à la vie d’aujourd’hui

Les séries télévisées sont enfin reconnues comme un art à part entière. Elles se sont aussi bien imposées auprès des créateurs en tous genres, des critiques de télévision que du grand public, tout âge et origine confondus. Si elles changent aujourd’hui notre vie, en amplifiant notre consommation du présent, c’est notamment grâce à un format de lecture adapté à l’évolution de notre société.

Le premier numéro du magazine Génération Séries est sorti durant l'été 1991.

Le premier numéro du magazine Génération Séries est sorti durant l’été 1991.

Certes, l’image a définitivement effacé les longs discours, en pouvant se glisser dans la poche pour un emploi à toute heure et en tout lieu. Cependant, par leur structure narrative, les séries télévisées offrent de raconter avec intensité sur une ou plusieurs dizaines d’heures nombre d’histoires passionnantes, aujourd’hui trop longues ou complexes pour s’épanouir au format cinématographique. Elles osent ainsi dévoiler les coulisses de notre monde, sans le moindre tabou (l’usage de drogue et la maladie incurable dans Breaking Bad), jusqu’à ne plus garantir l’existence éternelle à leurs personnages principaux, qu’ils soient de froids espions au service de Sa Majesté dans MI-5 ou âmes sensibles dans Desperate Housewives. C’est d’autant plus bouleversant pour le public que ce dernier aime s’attacher à des personnages récurrents[1] et suivre leur vision originale du monde comme la banalité de leurs tocs jusqu’à les voir atteindre leur bonheur ultime, leur déchéance totale, voire leur disparition définitive.

En outre, grâce à une fragmentation par intrigues de 40 à 60 minutes de mieux en mieux maîtrisée, les séries télévisées peuvent s’apprécier dans la discontinuité, au rythme de chacun – en particulier après une dure journée de travail, en adaptant le nombre d’épisodes visionnés à sa fatigue et son évolution dans la soirée -, et même dans des lieux autrefois condamnés à l’ennui patient comme le train ou les transports en commun.

 

La troisième génération d’amateurs de séries

Jusqu’à la fin des années 80, cet art, déjà avéré, restait considéré comme de la sous-culture, voire comme une drogue douce permettant de passer gentiment le temps à l’instar du jeu vidéo Tétris. Son accès demeurait restreint au bon vouloir des chaînes hertziennes et nécessitait une certaine gymnastique pour programmer son magnétoscope. Même si le feuilleton était un format encore peu utilisé, il fallait déjà ne rien manquer des aventures de Columbo, Le Prisonnier, Chapeau melon et Bottes de cuir, ou encore Magnum, le charisme du personnage central faisant oublier les moyens limités accordés au tournage de la fiction.

Nouveau logo pour le quinzième numéro de Génération Séries, magazine consacré aux grandes séries

Nouveau logo pour le quinzième numéro de Génération Séries, magazine consacré aux grandes séries

L’arrivée du câble a permis au public français de s’ouvrir beaucoup plus largement à la culture étrangère des fictions, et par exemple d’intégrer le sitcom (de qualité), format majeur de création télévisuelle aux États-Unis… depuis les années 50 ! Hill Street Blues (Capitaine Furillo), NYPD Blue, Seinfeld ou encore Dream On ont aussi amené une nouvelle forme de traitement des histoires, avec une multitude de personnages principaux (distribution collégiale), des héros imparfaits, une écriture humoristique dont la qualité tient du one man show ou une construction utilisant pleinement le média télévision. Ou encore, une intrigue de fond courant sur une ou plusieurs saisons, comme dans X-Files. On parlait alors d’un « âge d’or » des séries télévisées, dont les meilleures productions bénéficiaient d’un succès à la fois critique et public (en termes d’audiences) et montraient une inventivité digne du cinéma. Aujourd’hui, les séries télévisées sont à la pointe de la création audiovisuelle et envahissent les conversations du quotidien, comme seuls le faisaient les longs métrages jusqu’à un passé récent. Elles explorent de façon spectaculaire des mondes imaginaires (Game of Thrones), racontent une histoire en temps réel (24 heures chrono) ou remettent en question notre perception de l’existence (Life on Mars), avec une intégration de plus en plus puissante du mode feuilleton. La troisième génération d’amateurs de séries accède désormais sans complexe à l’intégralité des œuvres produites, où elle veut (maison, transports…), quand elle veut (parfois dès le lendemain de la sortie dans le pays d’origine en toute légalité) et comme elle veut (VO ou VF, toute une saison en quelques jours sans devoir attendre une semaine pour voir l’épisode suivant…).

 

Encyclopédie sélective

Entre nouveaux usages liés à la technologie et audace des auteurs de séries télévisées, que de chemin parcouru depuis la première génération d’amateurs de séries télévisées !

Il existe aujourd’hui des milliers de séries télévisées et beaucoup d’entre elles sont encore des produits, correspondant aux attentes d’un public peu exigeant. Peu sont des œuvres, et seul un nombre restreint promet de vivre un bon, voire un excellent moment. C’est pourquoi nous avons créé une encyclopédie sélective des séries télévisées.

Encyclopédie, car sur generations-series.com, toutes les séries sont traitées de façon identique et pratique, avec des repères simples (pourquoi regarder… ou pas la série, comment la regarder, distribution et guide des épisodes ; pas d’informations superflues comme la vie privée des comédiens ou les audiences) et un accès par format, genres, pays, année de sortie et ordre alphabétique.

Sélective, car nous vous donnons notre avis d’amateurs de bonnes séries (depuis trois générations), c’est-à-dire de téléspectateur cherchant uniquement à prendre du plaisir à voir des fictions télévisuelles. Nous ne nous exprimons en aucun cas en tant que spécialistes ou fans de séries, lesquels sont désireux de défendre des chapelles ou diffusant une indéfectible croyance. Notre objectif est simplement de vous guider pour aider à déterminer quelles séries correspondent à votre goût, à votre mode de consommation (en famille, en couple ou solo, etc.) et à votre emploi du temps.

Génération Séries, créé et dirigé par Christophe Petit, a connu une cinquantaine de numéros entre 1991 et 2004

Génération Séries, créé et dirigé par Christophe Petit, a connu une cinquantaine de numéros entre 1991 et 2004

Pour la première fois, le rédacteur de l’avis vous indique ce qu’il a réellement vu de la série. Ainsi vous saurez s’il a forgé son opinion après avoir vu l’intégralité des épisodes… ou seulement le pilote. Les nouveautés à la télévision ne sont ainsi traitées qu’au terme de la première saison. Nous classerons les séries en leur attribuant une note de 0 à 4 étoiles, qui n’engage que nous et est étayé par un long avis visant à vous donner des repères de comparaison.

Enfin, comme les séries télévisées n’appartiennent à personne, nous vous invitons à faire connaître votre propre perception des fictions sur generations-series.com, y compris celles qui ne figurent pas (encore) sur notre site. De façon immédiate et spontanée à travers des commentaires. Ou plus réfléchie sous forme d’un long texte envoyé pour sélection à l’adresse votreavis.generationsseries@gmail.com et sélectionnée pour parution dans la rubrique « Votre avis » à trois seules conditions : pas de propos déplacés, une orthographe et une grammaire un minimum maîtrisées, et enfin, ne jamais dévoiler tout ou partie des intrigues.

 

Descendant direct du magazine Générations Séries

Ce site est un descendant direct de Génération Séries, revue éditée de 1991 à 2004 qui, pour la première fois en France, consacrait aux « grandes » séries, alors si décriées, des textes, des points de vue historiques et des analyses sous la forme de dossiers, d’interviews et de guides d’épisodes qu’on ne trouvait nulle part ailleurs puisque Internet n’avait pas encore révolutionné nos existences. Le mot « Génération », au singulier, faisait référence à tous ceux, nés dans les années 60, qui furent les premiers à avoir grandi avec les séries. Ils ont aujourd’hui été rejoints par d’autres amateurs, issus des générations suivantes, dont les goûts et la façon de regarder des séries ont bien entendu radicalement changé. C’est pourquoi nous avons ajouté la marque du pluriel pour obtenir « Générations Séries ».

Maintenant, à vous de consulter generations-series.com… ou de nous écrire !

Christophe Petit et François Simoneschi


[1] Cette technique d’écriture avait déjà favorisé la popularisation des journaux écrits et du cinéma.